Leadership

Comment améliorer son intelligence émotionnelle ?

9 décembre 2021
Comment améliorer son intelligence émotionnelle ?

L’intelligence émotionnelle fait beaucoup parler d’elle depuis des années. D’après Peter Salovey, professeur à Yale, et John Mayer, de l’université du New Hampshire, l’intelligence classique, mesurée par le QI (Quotient Intellectuel), n’est qu’un indicateur imparfait de l’intelligence réelle. Et donc pour la mesurer pleinement, il faut également prendre en compte, un facteur émotionnel, autrement dit, notre capacité à repérer nos émotions, les comprendre et les gérer. Et si cette capacité à exprimer, à ressentir et surtout à partager ses émotions étaient finalement une grande qualité pour le manager, faisant de lui un leader plus humain et également plus performant ? Pourquoi un tel intérêt pour l’intelligence émotionnelle et le QE (Quotient Émotionnel) ? Et plus concrètement comment mettre les émotions au service du management ?

L’intelligence émotionnelle, quelle utilité dans l’entreprise ?

Depuis la couverture du Times sur le QE et la sortie du best-seller de Goleman sur « L’intelligence émotionnelle », la question de l’intelligence émotionnelle est prise très au sérieux et notamment dans les entreprises. En effet, la qualité d’une collaboration dépend de nos motivations respectives, de nos mécanismes internes, de nos besoins. Quand elle devient difficile, voire conflictuelle, c’est que les besoins de chacun sont mal comblés et génèrent des émotions négatives. D’où l’importance de bien se connaître. Et malheureusement, il semblerait que plus on prend des responsabilités plus on est persuadé que l’on se connaît alors que finalement on se connaît très peu.

Pourtant la connaissance que l’on a de soi, de ses émotions et de notre rapport aux autres est réellement un facteur de performance mais aussi de mieux-être. Par exemple, savoir utiliser les informations provenant de nos émotions peut nous aider à prendre des décisions plus éclairées mais aussi à développer une communication plus efficace, plus assertive. Les émotions ne sont pas un problème en soi. La difficulté est de savoir les gérer.

Cédric Dumont, sportif de l’extrême, coach et conférencier, parle de l’importance du self leadership avant tout. Pour accepter le changement et devenir un acteur à part entière, il est nécessaire de développer une conscience de soi, de savoir ce qui nous motive, ce qui est important pour nous, nous donne de l’énergie, nous rend heureux, etc. Étant donné que tout se passe dans la tête, c’est notre façon de gérer nos émotions comme la peur qui fera la différence. Et si l’être humain a tendance à entrer dans un schéma de pensée négatif plutôt que positif, il faut développer ses capacités d’intelligence émotionnelle, et s’entrainer régulièrement.

Managers, comment développer votre intelligence émotionnelle ?

Voici 4 attitudes à travailler pour mettre à profit vos émotions quotidiennement.

1/ Soyez attentifs au stress.

Plutôt que de vouloir vaincre le stress, prenez du recul pour analyser et traiter les causes. Les émotions sont persévérantes et vont revenir chaque fois qu’une situation similaire se produira, et ceci tant que vous ne chercherez pas le message qu’elles véhiculent. Comment se manifestent-elles ? Quels signes physiques ? Quels signes mentaux ? Quels comportements ?

2/ Gérez vos émotions là maintenant !

Pour commencer, apprenez à les reconnaître et à identifier les situations qui les déclenchent. Les émotions sont très utiles car elles vous renseignent sur votre état intérieur et votre environnement. Comme un radar permettant de mieux comprendre les autres et soi-même.

S’il est difficile de maîtriser une émotion, vous pouvez par contre rechercher le besoin sous-jacent à l’émotion et ainsi agir différemment.

3/ Observez-vous

Apprenez à travailler votre attention, en vous observant. Repérez ainsi vos habitudes émotionnelles pour avoir un signal d’alarme. L’émotion, accueillie positivement vous apprend beaucoup de vous ou de vos besoins non comblés. Une fois vos ressentis et vos besoins identifiés, autorisez-vous à les exprimer d’une manière respectueuse pour vous-même et pour l’autre. La prochaine fois, décidez d’adopter un autre comportement.

4/ Traitez le besoin sous-jacent à l’émotion

Les besoins, s’ils sont insuffisamment comblés, génèrent des émotions négatives (peur, colère, tristesse). Cela peut entraîner sur du long terme un désengagement, une souffrance psychologique, voire un burnout. A l’inverse, lorsque vous avez identifié les besoins insatisfaits et mis en place des plans d’action pour les combler, alors vous avancez plus sereinement, avec de l’énergie, sur les projets qui vous tiennent à cœur. Pour chacun des besoins identifiés, à vous d’élaborer la bonne stratégie personnelle pour les combler : besoin de sécurité et de liberté ; besoins d’accomplissement de soi, d’apprentissage et de compétences ; besoins relationnels ; besoin de reconnaissance ; besoin de sens et de cohérence.

Pour aller plus loin, Cinaps propose une formation sur la communication positive. Un temps de prise de recul pour travailler sur ses qualités et optimiser son efficacité relationnelle. Un accompagnement sur 2 jours, pour travailler son intelligence émotionnelle et relationnelle et porter des améliorations dans son mode de management et notamment dans la gestion des conflits.


You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Tweetez
Partagez
Partagez