Browsing Tag

Drivers

Leadership

DRIVERS : accompagnez vos collaborateurs à dépasser leurs messages contraignants

9 janvier 2018
Driver Sois fort !

Rappelez-vous, nous avions abordé, sur ce blog, les 5 Drivers identifiés par Taïbi Kahler, psychologue américain. Les Drivers sont avant tout des croyances dynamisantes, mais peuvent parfois, dans des situations de stress, devenir des messages contraignants. Pour accompagner vos collaborateurs à dépasser leurs messages contraignants, il est important de comprendre ce qui leur fait peur et ce qu’ils ne s’autorisent pas. Alors, vous pourrez les aider à débloquer la situation. Dans tous les cas, ce serait une erreur que de vouloir leur faire la morale. Cela reviendrait à les mettre en situation de stress et à renforcer leurs drivers.

Voici nos conseils, pour développer une relation constructive avec votre équipe. Comment passer du message contraignant au message positif ? Quelles attitudes privilégier pour optimiser le management des hommes ?

 

Accompagner le « Fais plaisir »

Il a peur de décevoir, de ne pas être bien vu. Il craint le conflit :

  • Ce qui renforcerait le message : valoriser ou utiliser sa gentillesse, sa disponibilité.
  • Comment débloquer la situation : le Fais plaisir n’ose pas faire ce qu’il aime. Il faut l’aider à trouver ses motivations et à se centrer sur celles-ci : « Oui mais toi, tu as envie de quoi ? ».
  • Alors, on peut : le faire réfléchir sur le « comment faire », seul et sans être dépendant des autres. A la question « Qu’en penses-tu », répondre par « Et toi ? ».
  • Attitudes à privilégier : mettre à l’aise et rassurer. Valoriser tout ce qui n’est pas du « fais plaisir ». Lui porter considération et respect. Le prendre au sérieux.

 

Accompagner le « Sois parfait »

Il a peur de mal faire, de l’erreur. Il blinde tout jusque dans les moindres détails :

  • Ce qui renforcerait le message : le lancer directement dans l’action sans éléments précis.
  • Comment débloquer la situation : lui apporter les précisions dont il a besoin : où il va, avec quels moyens, dans quels délais, et quelles sont nos exigences exactes (éviter la sur-qualité).
  • Alors, on peut : veiller à sa gestion du temps et des priorités. Trancher régulièrement. Savoir dire STOP ! quand il va trop loin dans le détail ou qu’il fait de la sur-qualité.
  • Attitudes à privilégier : ne pas lui demander de détails ou de précision. Ne pas le valoriser quant il va au-delà des exigences et lui rappeler le coût de la sur-qualité. Etre réservé et sérieux.

 

Accompagner le « Fais effort »

Il a peur de réussir sans effort. Il ne s’autorise ni la prise de recul, ni le plaisir :

  • Ce qui renforcerait le message : valoriser sa complexité et son acharnement.
  • Comment débloquer la situation : Il a du mal à passer à l’acte. On peut le provoquer avec humour : « J’ai un projet pour toi mais ça m’étonnerait que tu oses prendre cette initiative ».
  • Alors, on peut : le laisser exprimer sa plainte ou sa colère avant de passer à l’action. Le renvoyer à l’efficience (investissement/résultat). Etre directif dans le suivi de ses actions.
  • Attitudes à privilégier : être informel, direct, chaleureux et le moins solennel possible. Ne pas hésiter à faire de l’humour. Vérifier qu’il a fini une chose avant d’en commencer une autre.

 

Accompagner le « Sois fort »

Il a peur d’être dépassé et ne s’autorise pas à montrer ce qu’il pense et ressent :

  • Ce qui renforcerait le message : lui confier des missions impossibles, en solitaire.
  • Comment débloquer la situation : se situer au niveau des actes concrets, pour sortir du « bluff ». Lui proposer des actions organisées et ne pas le laisser partir seul dans ses réflexions.
  • Alors, on peut : lui demander comment il va faire, vérifier avec lui qu’il a le temps, les moyens, les compétences. Lui demander d’exprimer ses craintes et le faire travailler en équipe.
  • Attitudes à privilégier : être calme et organisé. Dire clairement ce que l’on veut. Expliquer l’utilité des choses. Lui faire établir un plan de travail. Demander des engagements écrits.

 

Accompagner le « Dépêche-toi »

Il a toujours peur de manquer de temps, et doit toujours être dans l’action :

  • Ce qui renforcerait le message : lui confier les choses au dernier moment, ne pas anticiper.
  • Comment débloquer la situation : lui confier des projets avec une marge de temps suffisante et valoriser tout autant le temps de la réflexion que celui de l’action.
  • Alors, on peut : lui demander de planifier, d’organiser, d’analyser. Lui proposer des choix avec avantages et inconvénients. Lui donner des indications sur le temps dont il dispose.
  • Attitudes à privilégier : être clair et simple. Aller à l’essentiel. Se concentrer sur le court terme (on avancera sur le reste plus tard).

 

Leadership

Et vous, quels drivers utilisez-vous ?

24 novembre 2017

Savez-vous que nous utilisons tous, selon notre personnalité, un ou deux drivers. Ces injonctions, ou « petites voix » nous poussent à adopter tel ou tel comportement. Ces messages ont, au départ, une visée positive. Mais, à l’âge adulte, ils deviennent parfois des messages contraignants. Et en cas de stress, ils influencent et orientent nos actions, et peuvent nous causer du tort. Alors quelles sont les caractéristiques de ces 5 drivers et comment trouver les antidotes pour transformer ces messages contraignants en messages positifs ? Voici quelques explications.

 

 

Que se cache-t-il derrière ces 5 drivers ?

Les Drivers (en anglais : ce qui nous conduit) sont des comportements développés lors de notre petite enfance et qui nous permettaient d’obtenir l’attention de nos parents ou tout autre figure parentale.

Taïbi Kahler, psychologue américain et analyste transactionnel a identifié 5 drivers qui sont les suivants : Sois parfait ! Fais plaisir ! Fais effort ! Sois fort ! Dépêche-toi !

Peut-être avez-vous déjà remarqué ces « petites voix », qui en cas de stress, prennent les manettes et nous pilotent. Ces messages nous empêchent de nous donner la permission de réussir pleinement ce que nous entreprenons. Un exemple : « Sois fort, sinon tu te feras marcher dessus ».

 

Les caractéristiques de chaque driver :

 

  • Fais plaisir !

Le « Fais plaisir » a besoin de se sentir accepté et aimé par tous. Il a peur de décevoir, de ne pas être bien vu. Il éprouve des difficultés à dire non et ne trouve son propre plaisir que dans le besoin impérieux de satisfaire celui d’autrui.

 

Avantages : il peut être un véritable atout dans un travail d’équipe où il œuvrera d’arrache-pied à l’amélioration de l’ambiance et de la bonne entente entre ses membres. Il aime prendre soin des autres avec des petites attentions de confort ou d’ambiance : par exemple, il pensera au café pour les pauses ou à la musique d’ambiance pour la détente.

 

Inconvénients : à force de vouloir contenter tout le monde, au risque de s’oublier lui-même, il peut se retrouver dans des situations compliquées, allant même parfois jusqu’à mécontenter les autres par manque de position claire.

  

  • Sois-parfait !

La fée qui s’est penchée sur le berceau du « Sois parfait » lui a laissé l’obligation d’être parfait en tous points, aussi ne supporte-t-il pas l’imperfection, l’à-peu-près, l’incompétence, le non fini, etc. Il voit tout de suite l’erreur ou ce qui manque et est très exigeant envers lui-même et/ou envers les autres. Il est orienté vers les objectifs et les solutions.

 

Avantages : dans une équipe de travail, il verra à coup sur toutes les imperfections, les petits détails, les choses qui ne sont pas conformes, pas idéales, etc. Il est organisé et méticuleux. Il ne laissera pas un travail en cours sans le terminer.

 

Inconvénients : son perfectionnisme peut finir par agacer par son souci du détail. Il se montre souvent perfectionniste, voire dogmatique. Pour lui rien n’est jamais fini, on peut toujours améliorer.

 

  • Fais effort !

Le Chevalier « Fais effort » a pour ambition de démontrer aux autres qu’il fait de son mieux. Il a peur de ne plus être aimé parce qu’il réussirait sans effort. Il se sent obligé de montrer à quel point il se démène, au risque d’être moins intéressé par les résultats que par le travail lui-même.

 

Avantages : dans une équipe, il aime la nouveauté et les projets. Il est plein d’énergie et entraînera les autres dans un sillon positif en suscitant l’adhésion aux projets en cours.

 

Inconvénients : il s’épuisera vite à la tâche et aura du mal à terminer un projet, car il risquerait alors de perdre l’occasion de montrer à son entourage à quel point il travaille. Le « Fais effort » s’autorise très peu de moments de plaisir et a tendance à se plaindre facilement.

  

  • Sois fort !

« Quand on est un homme, on ne pleure pas ». C’est le modèle du « Sois fort », dans lequel l’enfant apprend à ne plus exprimer ses sentiments et à taire ses besoins.

 

Inconvénients : il éprouve des difficultés à se livrer, à montrer ses blessures internes et ses faiblesses. Ainsi, le « Sois fort enfant » considère qu’il ne peut compter que sur lui-même et que « les gens bien sont ceux qui sont forts également ». II instaurera alors des relations de défi avec ses interlocuteurs : « Je me suis fait tout seul, je n’ai eu besoin de personne, ne comptez pas sur moi pour jouer les nounous ».

 

Avantages : l’aspect positif de ce message est la ténacité et la résistance. Le Sois fort s’attaquera volontiers à plusieurs projets de front pour se prouver qu’il est à même de les mener tous à bien.

 

  • Dépêche-toi !

Le « Dépêche-toi » a toujours peur de manquer de temps, quitte à ne pas ne s’autoriser à réfléchir. Lorsqu’une personne est sous l’emprise d’un driver « Dépêche-toi enfant », elle se sent contrainte à se dépêcher. Elle est toujours à court de temps et très régulièrement en retard.

Dans un « Dépêche-Toi parent », la personne attend des autres qu’ils se dépêchent. Elle est impatiente et ne supporte pas d’attendre. L’aspect positif de ce message est l’efficacité à réaliser des projets dans des délais courts. Mais l’impatience d’un individu sous l’emprise d’un « Dépêche-toi » l’empêchera parfois de se donner le temps nécessaire à la bonne réalisation du projet.

 

 

Messages contraignants, comment se soigner ? Nos antidotes.

 

Nous pouvons tous « ramollir » nos messages contraignants. Il suffit pour cela de trouver les antidotes et de se donner des permissions. Autrement-dit, de transformer le message contraignant en message positif.

 

  • Si votre message contraignant est « Fais plaisir », votre antidote est : « Pense aussi à toi ! ».

Il vaut mieux d’abord s’occuper de soi, de ses intérêts pour être bien avant de vouloir s’occuper des autres, car on ne donne que ce que l’on est et il est impossible de plaire à tous et en toutes circonstances. Osez dire non au risque de déplaire, apprenez à dire avec tact des choses désagréables quand cela est nécessaire car s’il est important d’être apprécié, il est aussi important d’être respecté.

 

  • Si votre message contraignant est « Sois parfait », votre antidote est : « Sois réaliste ! ».

Il n’est pas possible de tout maîtriser, ne vous en inquiétez pas outre mesure et retirez-en une grande sérénité personnelle. Faites le deuil des réalisations parfaites, utopiques et impossibles. Acceptez vos limites et les contraintes de la réalité. Donnez-vous le droit à « l’approximation juste », car la sur-qualité coûte cher. Faites la part des choses entre l’essentiel et l’accessoire.

 

  • Si votre message contraignant est « Fais effort », votre antidote est : « Réussis à ta mesure ! ».

L’essentiel dans la vie n’est pas de s’acharner mais d’obtenir des résultats. On réussit mieux ce qu’on aime et on travaille plus efficacement quand on prend du plaisir. Ajustez vos efforts en conséquence : différez les travaux trop contraignants, simplifiez vos méthodes de travail, soyez fier de vos réussites même si elles sont obtenues aisément et apprenez à vous faire plaisir.

 

  • Si votre son message contraignant est « Sois fort », votre antidote est : « Sois ouvert ! ».

Il vaut mieux prendre le risque de se montrer tel qu’on est (avec ses faiblesses et ses doutes) et dire ce qu’on pense et ressent. Donnez-vous le droit à l’erreur et donnez-le aux autres. Exprimez vos doutes, demandez de l’aide ou des conseils. Refusez la surcharge excessive, osez déléguer et faire confiance à vos collaborateurs. Arrêtez de vivre dangereusement pour montrer votre valeur…

 

  • Si votre message contraignant est « Dépêche-toi », votre antidote est : « Gère ton temps ! ».

Il vaut mieux travailler au rythme optimal en utilisant bien le temps dont on dispose. Donnez-vous des priorités et des échéances, travaillez à votre rythme, sans culpabiliser, et tenez compte de celui des autres. Efficacité n’est pas forcément synonyme de rapidité. Ecoutez les autres patiemment, sans les interrompre et prenez le temps d’approfondir.

 

Vous souhaitez aller plus loin et savoir comment accompagner vos collaborateurs en fonction de leurs drivers. Contactez-nous !